Home page > Actualités > Journée de la BPCO
 

Authorize the processing of personal data
Edit email address
Invalid email
Email Sent
Authorize the processing of personal data
Date: 17/11/2020

 

18 novembre 2020 - Journée mondiale de la BPCO 

 

BPCO et Covid-19 : les patients belges face à une double peine :

 

L’activité physique, déjà difficile à maintenir pour près de 80% des patients et pourtant essentielle à freiner la maladie, l’est encore plus en raison de la pandémie[1] !

 

Encore moins d’activités physiques, de vie sociale et de visites chez le généraliste ou le spécialiste. Cette journée mondiale 2020 est plus importante que jamais, souligne la Belgian Repiratory Society

 

  • BPCO, derrière ces quatre lettres se cache une maladie respiratoire grave, méconnue et incurable qui se caractérise par une diminution progressive du souffle et des difficultés à respirer, surtout à l’effort. On estime que 800.000 Belges souffrent de Broncho-Pneumopathie Chronique obstructive (BPCO),
  • Dans le contexte de crise du Covid 19, cette journée mondiale dédiée à la BPCO 2020 ne peut pas être comme les précédentes. Cette année, les patients déjà diminués par la maladie font face à une double peine! C’est ce que révèle une enquête menée par Ipsos auprès de 285 patients au mois d’octobre dernier par la Belgian Respiratory Society, l’association de patients COPD vzw avec le soutien d’Astra Zeneca et de Chiesi.
  • Pour la grande majorité des patients, la BPCO a un réel impact sur leurs activités physiques et sur leur vie sociale. Et pour près d’un sur deux, le Covid-19 ne fait qu’aggraver la situation.
  • A cela s’ajoute les peurs liées au Covid-19 qui viennent empêcher une bonne prise en charge de leur capacité respiratoire : près de 1 patient sur 2 craint d’aller voir son spécialiste ; tout autant de patients ont peur de pratiquer une activité physique, composante pourtant essentielle pour freiner la maladie, et près de 8 patients sur 10 craignent d’être infectés par le Covid-19.
  • Les spécialistes sont formels : les effets à plus long terme du Covid-19 vont être dévastateurs pour les patients. A l’occasion de cette journée mondiale, ils font un appel à tous les patients : restez actifs, sortez faire des balades, faites du vélo d’appartement, ou tout autre activité physique qui maintienne vos poumons en forme ! C’est crucial pour la suite.

 

« Même prendre une douche ou manger est un calvaire»

Le Covid-19 grand intrus de l’année 2020 fait des ravages sur les patients atteints de BPCO, cette maladie qui asphyxie ses victimes. Georges, 57 ans, patient d’une forme avancée BPCO, témoigne : « J’ai découvert que j’étais atteint de la BPCO il y a quatre ans. Je n’arrivais plus à rien faire, au moindre pas, j’étais essoufflé. Depuis, je ne travaille plus, et je reste très limité dans ma vie quotidienne. On ne s’imagine pas mais même prendre une douche ou manger est un calvaire. Tous ces moment ‘normaux’ du quotidien sont une véritable épreuve et me prennent deux à trois fois plus de temps que toute autre personne. Aller voir ma fille m’est presque devenu impossible car elle habite au premier étage sans ascenseur. Et avec le Covid-19, cela ne s’est pas arrangé ! Je vois encore moins de monde qu’avant, je sors de chez moi encore moins qu’avant, je vois moins mon spécialiste… sans parler du masque ! Dès que je le porte, l’impression du manque d’oxygène que j’ai au quotidien est décuplée. »

 

Des activités physiques et sociales toujours plus restreintes

Et Georges est loin d’être un cas isolé. Une enquête menée par Ipsos à la demande de la BERS et de l’association de patient COPD vzw, et soutenue logistiquement par Astra Zeneca et Chiesi, sur 285 patients montrent que le quotidien des patients n’est pas du tout facile. Pour près de 8 patients sur 10, la BPCO a un impact sur leurs activités physiques quotidiennes et pour 7 patients sur 10, la maladie affecte leur vie sociale. Un tiers des patients se sentent isolés. De plus, les patients se heurtent bien souvent à l’incompréhension et le jugement des autres. Plus de 6 patients sur 10 ont l’impression que leur entourage ne comprend pas du tout ou pas tout à fait la maladie et ses conséquences. Et plus de 8 sur 10 pensent que les décideurs politiques n’ont pas une connaissance optimale.

 

Le Covid-19, facteur aggravant

Le Professeur Cataldo, pneumologue au CHU de Liège, commente : « 2020 a mis nos vies sociales et nos activités physiques entre parenthèses et nous a forcés à nous isoler. Mais pour les patients BPCO, déjà familiers de cet isolement, 2020 les pénalise doublement. » Près de 1 patient sur 2 estime que sa situation s’est vue aggravée à cause du Covid-19, que ce soit en termes d’activités physiques, de vie sociale ou d’isolement. Ce qui revient souvent également, c’est la peur : peur de se rendre chez son spécialiste et de faire des activités physiques pour près de 1 patient sur 2 et peur d’être infecté par le Covid-19 pour près de 8 patients sur 10. Porter un masque quand on a déjà l’impression de manquer d’oxygène est insupportable et affecte près de 9 patients sur 10. Le Professeur Cataldo ajoute : « Selon un tiers des patients, le Covid-19 a permis une chose : améliorer la connaissance de la BPCO par les proches et les décideurs politiques. C’est une bonne nouvelle, car la BPCO est une maladie oubliée. Les patients méritent plus d’attention et considération au sein du public et de la classe politique. »

 

Restez actifs !

Le Professeur Cataldo conclut : « Le Covid-19 risque d’avoir des effets dévastateurs à plus long terme sur nos patients. Par ce biais, je souhaite adresser un message à tous les patients BPCO de Belgique : restez actifs, continuez à vous promener dans les parcs, les bois, faites du vélo d’intérieur,… et ce, de manière régulière. C’est important, ça permet de freiner l’évolution de la maladie. L’essoufflement provoqué par la maladie peut conduire le patient à un rejet de l’activité physique. Le patient entre alors dans un cercle vicieux le menant à une sédentarité croissante et une aggravation de la maladie. Parfois, il n’est pas possible de revenir en arrière. Surtout ne négligez pas le suivi. Restez en contact avec votre entourage, votre médecin généraliste et votre spécialiste. Et afin que tous les patients de Belgique soient représentés, je suis heureux d’annoncer qu’une association de patients  francophone, l’homologue de la COPD vzw, va bientôt voir le jour ! »

 

Plus d’informations sur :

www.bers.be

www.copdvzw.be

 

[1] Enquête réalisée par le bureau d’étude Ipsos en octobre 2020 auprès de 285 patients atteints de BPCO.

 

BPCO_infigraphieFRDEF-20201116

BPCO graphic FR